samedi 30 novembre 2013

Psycho Killer, Anonyme

Sexe, flingues & séries B.





Résumé : 

Tout semble paisible à B Movie Hell, 3672 habitants. Jusqu’au jour où un tueur mystérieux portant un masque en forme de crâne, surmonté d’une crête iroquoise rouge, se mette à assassiner tranquillement certains des habitants de la ville. Le FBI confie l’affaire à un couple d’enquêteurs, Milena Fonseca et Jack Munson, surnommé le Fantôme, spécialiste des opérations clandestines. Bientôt de mystérieux liens apparaissent entre cette terrifiante série de meurtres et un projet top secret du Département d’Etat, l’opération Blackwash. Alors que la paranoïa s’empare de la ville, la collaboration entre le FBI et les autorités locales s’annonce difficile. Les habitants de B Movie Hell, bien décidés à garder leurs nombreux secrets, entendent en effet résoudre seuls et sans aide extérieure cette histoire aussi terrifiante qu’énigmatique.

 






Mon avis : 

Rare sont ceux qui n'ont jamais entendu parler du Livre sans nom. La "légende"  autour de ce livre vient du fait que personne ne sait qui en est l'auteur. Les rumeurs sur son identité vont de l'inconnu lambda à la célébrité en quête d'anonymat. Coup marketing ? Désir d'être reconnu pour son talent et non par son nom ?

Parce que du talent, l'auteur en a, que se soit pour la tétralogie du Bourbon Kid ou pour ce nouveau roman. Ici, le narrateur omniscient ne prend pas de gants pour nous décrire les scènes d'action. Psycho Killer, loin de l'esprit fantastique du Livre sans nom est le digne héritier du slasher. L'auteur, à mon avis habitué aux scénarii de film, enchaîne les scènes d'action avec talent. Mêlant un style fluide mais brut de décoffrage à un scénario digne d'un film de Tarantino, il nous plonge inévitablement dans une salle obscure, et on ne peut s’empêcher de visualiser les scènes. 
Aucun mot n'est là par hasard et les phrases, pertinentes, font mouche. Ajoutez à cela des chapitres courts, des rebondissements incessants et des personnages siphonnés, portés sur la gâchette et alcooliques ; mixez le tout et découvrez la recette de Psycho Killer.

L'histoire tourne autour de deux personnages. Nous rencontrons en premier Jack Munson, un ancien agent du FBI qui se voit confier les affaires délicates et officieuses. Alcoolique et dépressif, on ne peut s’empêcher de le trouver attachant car sous ses airs de machos malpoli, il a bon cœur. 
Vient ensuite Bébé, une jeune femme fan de Dirty Dancing, prisonnière d'un bordel à B Movie Hell. Naïve et innocente, elle rêve d'une autre vie.
Ces deux personnages auraient pu ne jamais se rencontrer si un tueur fou n'avait décidé de s'installer à B Movie Hell. 

Phobique de l'hémoglobine s'abstenir, car le sang gicle et l'auteur, entre les scènes de tueries et de sexe franchement crades, ne nous épargne pas et, chose étrange, on se prend à en redemander.
Amateur de slasher ainsi que d'humour noir et décalé, foncez ! 

Psycho Killer ce lit rapidement malgré ses 359 pages. il ne m'aura fallu que deux jours pour le dévorer. Après la série du Bourbon Kid, je m'étais déjà fait une petite idée de l’identité de l'auteur et elle se confirme avec ce nouveau roman. Si je vous parle de scènes d'action barrées mais spectaculaires, de personnages très perturbés mais attachants, de tueries et de flingues fumants...Vous pensez à qui je pense ? 



Personnages : 5/5
Style : 4/5
Suspence : 3/5
Scénario : 4/5

Psycho Killer, Anonyme : 17/20




    Le Cachalot-`

NB : Suite à une panne impromptue d'ordinateur, ce n'est pas moi qui ai réalisé le montage de la couverture. Je remercie mon amie Céline pour le coup de main. :)


    • Anonyme
    • Psycho Killer
    • Broché: 358 pages
    • Editeur : Sonatine (17 octobre 2013)